Opéra italien: Muti à la scala de Milan

Publié le par chevretteisa

Le chef d'orchestre n'a non seulement pas failli à sa réputation de grand verdien mais il s'est aussi fait défenseur d'une cause malmenée dans l'Italie berlusconienne, celle de la culture, appuyant le discours liminaire du maire de Rome, Gianni Alemanno, qui dénonçait l'incurie actuelle de son propre camp politique. Comme dans la première scène de Senso, de Visconti (le début du troisième acte du Trouvère, de Verdi, à la Fenice de Venise), des tracts "partisans" sont tombés des dernières loges, où l'on pouvait lire "Italia risorgi nella difesa del patrimonio della cultura" ("Italie tu renais dans la défense du patrimoine de la culture"). Une ouverture et deux actes plus tard, à la fin du célèbre "Choeur des esclaves" de l'acte III, "Va pensiero" (qui servit de chant de ralliement aux indépendantistes), Riccardo Muti s'est arrêté sous les applaudissements nourris du public. Lui, qui ne l'avait jusqu'alors bissé qu'une seule fois, jeune débutant à la Scala de Milan en 1986, a accepté de le rejouer, comme ce fut le cas lors de la création milanaise. A condition toutefois que l'hymne fût dédié à un autre Risorgimento, celui de la culture, "qui, seule, a fait l'histoire et l'unité de l'Italie". Dans un silence solennel, Muti a alors demandé au public de se joindre aux voix du chœur ! émotions ..

 

Publié dans musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> Italia non é morta !!!!mes yeux se sont remplis de larmes.....<br /> <br /> <br />
Répondre